mardi 14 novembre 2017

Hifiman Susvara : Justesse et raffinement

Le casque Hifiman Susvara est arrivé en France fin avril 2017 et depuis le début du mois de mai, je l'écoute pratiquement tous les jours.
En fait, avec le temps et après avoir "compris"ce merveilleux casque, le Susvara est devenu mon préféré, celui avec lequel je fais régulièrement mes aller-retours  domicile / showroom, showroom / domicile. 
Pour mes oreilles et aujourd'hui, le meilleur des meilleurs.
Autrement dit, le casque que je choisis le plus souvent pour mes écoutes personnelles.
Mon système, celui que j'ai installé chez moi, se compose comme suit :
- Un lecteur réseau Melco N1AH60 MKII 



- Un dac Aqua Acoustic La Scala MKII avec réseau de résistances R2R et étage analogique hybride Mosfet / Triodes

-  Ampli XI Audio Formula S. Magnifique de neutralité et de transparence, 2 x 2w sur 46 Ohms et gain réglable 10/16 dB.


Les câbles secteur, l'USB, la modulation et le câble même du Susvara, sont tous issus de la gamme Heimdall de chez Nordost.

C'est avec ces matériels que j'écoute mes musiques préférées et que je "savoure" mon Susvara presque chaque soir.

Pour cet article et au showroom, j'ai également écouté le Susvara avec mon Viva 845


Le Hifiman Susvara  est un casque orthodynamique, ou orthoplanar. 

Ceux d'entre vous qui connaissent les enceintes Magnepan savent de quoi il s'agit.
Un haut parleur "planar" fonctionne selon le principe suivant :
Une membrane très fine (pour le Susvara on parle de Nano membrane) généralement en mylar, est tendue sur un cadre, entre deux rangées de barreaux aimantés en opposition de phase. Cette membrane baigne par conséquent dans le champ magnétique généré par les aimants et ceci, conjugué au fait qu'elle est rendue "excitable" par un "serpentin" conducteur collé en sa surface, la fait réagir à la modulation musicale qui traverse ce serpentin sous forme de courant,
par des mouvements en piston.
Ces vas et viens ébranlent les particules d'air et génèrent ainsi le son

Voici une image gift nous montrant les différents éléments composant un driver orthodynamique basique : il est facile de distinguer les aimants argentés et au centre, en orange, la membrane sur laquelle sont collés les conducteurs.


Voici une photo d'un des deux drivers de mon Susvara :


les particules d'or projetées sur les conducteurs augmentent la résistivité globale de la membrane et sont en partie responsables de la faible sensibilité du Susvara.


Ce recul de plusieurs mois, m’a permis de noter et ça a été vérifié également les nombreuses fois où j’ai pu le faire écouter, que le Susvara n’est pas un casque qui suscite l’enthousiasme aux premiers instants. 


En revanche et ceci est assez récurent, c’est après un long moment d’écoute et surtout beaucoup de comparaisons avec les meilleurs autres casques du moment comme par exemple le Focal Utopia, les Stax SR-007 et SR-009, le JPS Labs Abyss, le HE1000 lui aussi de chez Hifiman, le Kennerton Odin, et bien, c’est donc après comparaisons directes avec tous ces excellents casques, que le Susvara se distingue sur deux critères majeurs qui à mon sens sont :
L’équilibre général subjectivement quasi parfait pour la grande majorité des auditeurs et le naturel unique de sa restitution des timbres et des ambiances.
Alors je dis bien équilibre SUBJECTIVEMENT quasi parfait… Je me doute bien qu’on pourra toujours trouver tel creux ou tel pic dans une ou plusieurs gammes si on analyse sa courbe de réponse en fréquences. Cependant et à l'écoute, l'équilibre général du Susvara est exemplaire.
 
En fait ce qui se passe et c’est comme ça que je vois les choses en tous cas, c’est que le Susvara est tellement juste et naturel qu’il ne surprend pas au premier abord. 
Le naturel...c'est naturel :)... et par conséquent...pas surprenant.
Alors ceci peut sembler paradoxal mais il est vrai que tout coule avec tellement de justesse, de l’extrême grave à l’extrême aigu,  aucune gamme de fréquences ne semblant en retrait ou en avant. 
Et bien ceci fait que d'une part rien ne heurte si je puis dire, les oreilles, mais que d'autre part, nous n'avons pas de quoi être surpris, être "surlecuté".
Le naturel confondant de la restitution offerte par le Susvara ne surprend pas au premier abord, une fois encore.
C’est ce superbe équilibre qui fait que l’écoute devient complètement immersive et qu’a aucun moment je suis distrait par l’analyse ou la recherche de ce qui pourrait être des lacunes ou bien des points forts.



Il m'a fallu finalement du temps pour réaliser qu’à l'écoute du Susvara, je comprends ce que j'entends à un degré plus élevé que d’habitude. Une première pour moi.

Alors j’ai eu le temps pendant ces six mois d’écouter toutes sortes de musiques et j’ai toujours pris le même plaisir que ce soit avec des genres très énergiques, des petits ensembles de musiques de chambre beaucoup plus calmes ou de grandes formations symphoniques.

Le grave du Susvara est le plus riche et en même temps le plus propre que je connaisse sur un casque aujourd’hui. Avec le bon ampli, il descend en plus extrêmement bas avec une grande tension et beaucoup d’impact.

Les voix, quelques soient leurs tessitures, de la basse à la soprano, semblent plus justes que jamais.
 
L’aigu quant à lui est tout simplement sublime. Il atteint la classe de celui des meilleurs électrostatiques mais avec plus de consistance, de "poids'. 
Il faut quand même savoir que le Susvara a été peaufiné chez Hifiman lors de nombreuses écoutes comparatives directe avec le Shangri-La... 

Une chose importante lors des écoutes du Susvara est de ne pas oublier sa très faible sensibilité : 83 dB !
C’est vraiment pas beaucoup et par conséquent il est très important de l’alimenter ou de le faire alimenter si on va l’écouter quelque part, par un ampli parfaitement adapté.

Alors par adapté, je veux dire non seulement très puissant…. ou puissant mais dont l’étage préampli disposerait de beaucoup de gain.
La puissance ne servant pas uniquement à atteindre des niveau sonores élevés, mais également à "sur-alimenter" les HP. 
C'est en effet parce que les haut parleurs sont parfaitement tenus par un ampli capable de délivrer en plus des watts, beaucoup de tension ou d'ampérage, que le casque "s'ouvre" d'avantage, que le grave est impacté et propre et que les micro et macro dynamiques sont parfaitement restituées.  

Cet ampli devra également être délicat. 
Alors il est certain que l’on pourra toujours trouver de la puissance brute, mais enfin…très franchement, c’est dommage !
J'ai obtenu des résultats merveilleux avec le transistor de chez XI Audio, le Formula S. 
Pour les tubes, le monstrueux Viva 845 bien sûr, mais également le somptueux Viva 2A3 pour peu que le dac en amont ait un niveau de sortie supérieur ou égal à 4V et bien sûr, l'Headonia 2A3 de chez Auris, à la fois très puissant, très transparent et très bien timbré. 


Le Susvara mérite vraiment le meilleur, le plus fin…Le plus raffiné….Le plus subtile...Mais aussi le plus ferme…parce qu’en fait  lui, il est tellement tout ça !!!



N’oublions pas non plus la période de rodage car ce n'est pas un détail ! 
Au moins 150 h pour assouplir les membranes, ce qui se traduira par rapport au moment où on le sort de sa boite, par une douceur accrue, mais également plus d’ouverture. 
D’ailleurs à ce propos, le Susvara est le casque le plus ouvert que je connaisse avec le JPS Lab Abyss.

Alors…allez écouter le Susvara mais soyez extrêmement vigilants à sa mise en œuvre.
Il serait vraiment dommage qu’une mauvaise écoute et ça croyez-moi, ce n’est pas difficile à réaliser avec le Susvara, vous fasse passer à côté de ses capacités uniques à reproduire la musique et son contenu émotionnel.

Source…dac…ampli…câbles aussi bien sûr, tout doit être au top et bien associé

Et puis si vous passez par Nîmes, faîtes moi confiance si vous souhaitez l'écouter, je m’en occuperai comme il faut ! :)
 
Mes écoutes :

4 magnifiques concertos pour violon de Locatelli, enregistrement DSD natif.
ici, DSD 126 MHz
Plage choisie :1, Andante du concerto n°II

Enregistrement somptueux en DSD natif, de cette pièce écrite pour le violon par Pietro Locatelli et jouée ici par Lisa Jacobs. 
J'ai la chair de poule à chaque fois que le violon apparait pour la première fois à exactement 1mn25s, tant il est sublime ! Reproduite par le Susvara, cette musique est plus distinguée, plus gracieuse, plus galante que d'habitude. On touche là à la beauté exquise de l'aigu de ce très grand casque. Attendrissant, caressant, soyeux, souple mais également velouté. Voilà comment je tente de qualifier l'aigu que j'entends là, sans toutefois y parvenir totalement, ne trouvant pas tous les mots pour le décrire comme j'aimerais. L'image est splendide, large et profonde, ce qui est plutôt rare avec un casque. Superbe aération générale et grande expressivité des trémolos du violon, dont la lecture est totalement aisée.


          Diana Krall, Love Scenes
Plage choisie : 11, My love is   24 bit / 96 KHz

 Le niveau de grave que contient cette plage est impressionnant lorsqu'il est reproduit dans toute son amplitude. Le jeu en pizzicati de la contrebasse passe avec le Susvara d'une part sans le moindre tassement apparent de niveau du grave à l'extrême grave, mais avec une totale lisibilité des pincements de cordes par les doigts. Puis arrive la voix de Diana Krall, empreinte de charme, de sensualité et de tempérament. Ici aussi, le Susvara est le seul à me donner cette sensation de présence de plus haut niveau en me faisant penser que j'écoute peut-être et pour la première fois, ce qui s'approcherait du "vrai" timbre de la voix de la chanteuse Canadienne...



Orfeo Chaman par l'Arpeggiata et Christina Pluhar. Magnifique mise en musique du Mythe grecque d'Orphée, entremêlé à la mythologie précolombienne avec intégration de rituels chamaniques
Plage choisie : "Cirene, madre"  24 bit / 96 KHz

J"ai ici et pour la première fois, la véritable couleur de la trompette d'introduction et d'accompagnement. C'est en tout cas, la première fois que j'entends la "rugosité" et toutes les nuances du son de l'instrument en cuivre avec autant d'acuité et que je le reconnais clairement comme étant une sorte de trompette. Ce que l'on pourrait assimiler à des percussions, est également parfaitement lisible et le son des pièces de bois qui s'entrechoquent devient avec le Susvara, évident. L'Alto est tout juste superbe de douceur et de "moelleux". L'archet glissant sur ses cordes génère une richesse harmonique rare, unique même d'après mes expériences d'écoutes de ce morceau. Harmonie, douceur et légèreté, voici ce qui se dégage de cette pièce et mieux que jamais, avec le Susvara



J'apprécie tout particulièrement sur cet album, la délicieuse étude Op76 de Sibelius. Violoncelle et guitare.

Cette pièce est vraiment très jolie et je prends toujours un plaisir fou à l'écouter. J'aurais bien aimé connaître l'état émotionnel dans lequel était Sibelius quand il l'a écrite...
Le Susvara offre au violoncelle une palette de tonalités et de contrastes extrêmement variés. Il est bien sûr et heureusement possible d'obtenir de très belles écoutes de ce violoncelle avec d'autres casques, mais ce ne sera pas avec autant de suavité et de charme. La guitare est d'une "propreté" là aussi rarement atteinte, ni mate, ni claire, ni trop ronde, ni trop éthérée, juste comme une guitare, quoi ! :) Avec une très belle acuité quand à la perception pour l'auditeur, du pincements de ses cordes.
Volupté, élégance et pudeur...un réel instant méditatif...


Magnifique Album de Renaud Garcia-Fons. De la mélodie et du rythme, une contrebasse "chaude" comme le sang méditerranéen. 
Plage choisie : Las Ramblas

Voilà de quoi me "sortir" de mon écoute contemplative de l'étude op76  de Jean Sibelius !
Percussions, contrebasse, Accordéon...et tout le "poids" qu'il faut pour la reproduction de ces instruments dont la fondamentale est profonde et "enveloppante". Une contrebasse ne somme pas comme un violon et un accordéon n'est pas un harmonica !
 Oui, oui, nous le savons tous. Écoutons cette œuvre avec différents casques avant de la redécouvrir avec le Susvara....Et au passage, n'oublions pas de "jeter" une oreille sur la taille de l'image et son aération globale.


Serge Gainsbourg, double album "Gainsbourg Forever"
Plage choisie sur le disque 1 : La chanson de Prévert

J'aime beaucoup cette chanson pour mes tests, parce que son rythme constant, la régularité de sa mélodie et la voix de Serge Gainsbourg accompagné seulement par deux guitares, me permettent de passer d'un appareil à l'autre en retrouvant toujours les mêmes accords et la même hauteur de voix.
Plus encore que le naturel des guitares, c'est ici celui de la voix de Serge Gainsbourg qui m'émeut avant tout. Là encore, je ne connais pas de restitution plus juste au casque. Avec les meilleurs casques, il est bien évident que la voix est toujours très belle, même si elle est à chaque fois présentée de manière un peu différente. Avec le Susvara, elle n'est pas que très belle, elle est "incarnée" mieux qu'à l’accoutumée, plus présente et par conséquent, plus émouvante que jamais.



Ah, Jordi Savall ! :)
Très bel album et excellente prise de son sur le thème de "la Folia", qui à l'origine est une danse rurale Portugaise.
Plage choisie : 11, Follia

J'aime beaucoup ce thème "La Folia", repris maintes fois par une grande quantité de compositeurs.
Pour cet enregistrement, très peu d'instruments, mais des instruments d'époque joués par l'ensemble Hespèrion XXI et le Maître violiste, Jordi Savall. Les instruments à cordes d'époque et leur "verdeur" bien connue...Ils ne passent pas avec autant de plaisir sur tous les systèmes, croyez moi !
Ici, le Susvara me fait encore une démonstration touchante de sa capacité à bien "timbrer". Un peu de verdeur et de mordant bien sûr et il en faut puisque c'est le son des instruments, mais jamais d'acidité, "d'âcreté".
Les cordes sont riches à souhait et l'équilibre tonal général n'est pas montant comme il l'est assez souvent sur cette pièce. Je retrouve l'aigu absolument somptueux, étayé par un haut médium distingué et racé. 
Les instruments se détachent parfaitement les uns des autres et le Susvara me régale de la gracieuse polychromie de cette magnifique page

.

Et encore Jordi Savall avec cette magnifique interprétation du Magnificat RV 610 et du concerto pour viole de gambe RV 578 de Vivaldi, du Magnificat BWV 243 et du concerto pour clavecin BWV 1052 de Bach
Plage choisie : 9, Esurientes du Magnificat RV 610   24 bit / 88,2 KHz

L'enregistrement de ce magnifique Magnificat de Vivaldi est très difficile à reproduire. En effet, la prise son a eu lieu "en live" en la Chapelle royale du Château de Versailles. Beaucoup de réverbération, une acoustique claire et pour la page que j'ai choisie, un duo de soprano...
 L'ensemble de ces paramètres fait que selon les matériels de reproduction, on peut très vitre arriver à une restitution trop claire, voire même brillante avec certains pics dans l'aigu, sur les vocalises. Avec le Susvara et la qualité remarquable de son registre haut médium/aigu, tout passe ici en douceur, certes avec une belle limpidité mais sans jamais heurter mes oreilles comme ce peut être le cas sur d'autres systèmes.
Une mention toute particulière à l'ensemble Viva 845/ Susvara pour cette écoute. Magnifique violoncelle à droite, dont la lisibilité de la mélodie atteint les plus hauts sommets.
    



   Live pour ce très bel album du virtuose qu'était feu Michel Petrucciani
   Plage choisie : 2, September Second

Quelle ambiance sur ce très bel album de Michel Petrucciani !
Enregistré en live dans ce que je pense être un cabaret, la présence du publique et l'acoustique du lieu sont avec le Susvara, "palpables" comme ils le sont rarement.
Le piano de Petrucciani prend enfin une dimension crédible. Il est à la fois éclatant, ample, riche et étoffé. La rapidité et la dynamique de l'ampli XI Audio Formula S fait ici merveille et le Susvara suit, en m'offrant des attaques de marteaux sur les cordes rapides et franches, le tout avec un excellent équilibre tonal.
La encore, le haut médium/aigu parfois "acéré" sur d'autres ensembles, me ravi au contraire par sa fermeté et son aplomb tout restant et quelque soit la hauteur des notes, totalement harmonieux. 
Très belle différenciation des cymbales, des toms et de la caisse claire. 
Encore une très belle prestation du Susvara sur cet album, qui me donne la vie, la présence dont j'ai besoin pour "croire" naturellement en ce que j'écoute.

Alors malheureusement...Le Susvara est très cher, c'est vrai.

http://casques-headphones.com/accueil/272-hifiman-susvara.html

Et bien évidemment, bien trop cher pour la grande majorité d'entre nous.
En même temps, tout dépend comment et où nous plaçons nos priorités.
Je connais par exemple un grand nombre d'amis/clients qui préféreront rouler dans une voiture de gamme moyenne voir bas de gamme et d'occasion, plutôt que dans un véhicule haut de gamme, afin de garder de l'argent pour pouvoir s'offrir un casque, un ampli ou un ensemble ampli/casque de très haut niveau.
Leur priorité étant l'écoute de musique sans compromis, d'autres achats passent après.

Voilà, comme toujours et pour tout, c'est une question de choix. Quand j'évalue "à la louche" le prix du grand nombre de voitures circulant ici et là, je me dis que finalement le Susvara est peut-être plus accessible que nous ne le pensons à priori, sous réserve bien sûr que nous souhaitions vraiment en faire l'acquisition.

Le Susvara vaut-il son prix ?
Intrinsèquement, non sûrement pas. 6000€ c'est hors de prix pour un casque pour peu que nous gardions les pieds sur terre.
Après, si je considère le plaisir absolu qu'un tel transducteur me procurera pendant les 10/15/20... prochaines années et si de plus, je le positionne sur le marché global du casque très haut de gamme...Alors...
A chacun de voir !

Et bien pour terminer, j’ai envie de dire bravo à Hifiman, parce que ces deux dernières années la marque nous a apporté plein de bons produits, tous très bien à leur place au sein de la gamme, gamme d’ailleurs très étendue.

Voici les caractéristiques Techniques du Susvara :

Type Orthodynamique
Réponse en fréquence 20Hz - 20KHz
Impédance 60 Ohm
Sensibilité 83dB
Poids 450g

Et sa présentation sur ma chaîne Youtube :

 https://www.youtube.com/watch?v=64dR0xInK0U&t=238s


Merci de votre lecture ! :)

Pierre